Le WWOOFing, entre agriculture et solidarité

Article de Sylvia en lecture ici

Créée en 2007, l’association WWOOF France permet au plus grand nombre de découvrir l’agriculture biologique à travers des séjours non monétaires. 
Mais concrètement, qu’est-ce que le WWOOFing ? Et comment ça marche ?

David, président de l’association WWOOF France (et ancien WWOOFeur**!) répond à nos questions.

Le « World Wide Opportunities on Organics Farms » (WWOOF), se traduit littéralement par « opportunités mondiales dans des fermes biologiques ».
C’est une démarche solidaire qui a vu le jour en 1971 en Angleterre, à l’initiative de Sue Coppard, « citadine en mal de nature qui prend l’habitude de s’échapper le week-end à la campagne en proposant – en échange du gîte et du couvert – de participer aux activités des fermiers qui l’accueillent. La nouvelle se répand, le nombre de fermiers désireux d’ouvrir ainsi leurs portes s’accroît et de fil en aiguille, cette idée devient un concept mondial d’écovolontariat. » Ainsi, est né le WWOOFing.

L’objectif premier de cette démarche est donc de « faire découvrir l’agriculture biologique à tout un chacun à travers des séjours, dans une démarche non monétaire », nous explique David, président de WWOOF France.
En effet, pour faire du WWOOFing en France, il faut juste payer l’adhésion à WWOOF France, association de loi 1901. Cette adhésion permettra aussi de participer à la vie associative.
Un autre objectif est «d’apprendre à vivre autrement dans une volonté d’autosuffisance et de décroissance, comme vivent la plupart de nos hôtes» ainsi que de « pouvoir combler un lien social entre les ruraux et les urbains et d’éviter la solitude rurale ».
Au delà de l’aspect financier, le concept du WWOOFing est intéressant surtout car il s’agit d’une « aventure humaine, basée sur des valeurs de respect, de confiance, de solidarité et de partage. Toutes ces valeurs qui font que l’être humain est bon », insiste le président. « A travers le WWOOFing on peut retrouver toutes ces valeurs humaines que chacun recherche. D’ailleurs souvent ce qu’il en ressort c’est qu’il s’agit d’une expérience humaine extraordinaire. » Le réseau vit parce que les personnes qui y adhèrent ont conscience de cela.

Et justement, qui sont ces personnes qui adhèrent au réseau ?
Et bien les WWOOFeurs à WWOOF France sont 60% des Français, principalement des urbains souhaitant découvrir la vie rurale, dont la moyenne d’âge est de 33 ans. Il n’y a pas de limite d’âge ni d’exigences particulières.
Les seules conditions sont d’avoir plus de 18 ans, d’être inscrit à WWOOF France en payant l’adhésion à l’association (25€ pour une seule personne, 30€ pour deux), d’être motivé, d’avoir envie d’apprendre et d’expérimenter l’agriculture biologique et de s’impliquer dans la vie familiale de l’hôte. « Le gîte et le couvert sont offerts gracieusement par l’hôte dès lors que le WWOOFeur est intéressé à découvrir la vie de l’hôte. »

WWOOF France joue un rôle de coordinateur de cette démarche, aussi bien dans le traitement des adhésions que des demandes de souscriptions de la part des nouveaux hôtes. « Nous étudions toutes les souscriptions des structures qui souhaitent devenir hôte. L’important dans cette sélection est que l’hôte doit avoir envie de transmettre son savoir-faire et de partager ses connaissances dans l’agriculture biologique ».

Les tâches sur le terrain sont « multiples et variées. Il y a vraiment de tout, c’est ça qui est agréable ». Du maraîchage à l’apiculture, de l’élevage au travail dans les serres, tous les domaines agricoles sont possibles dans le WWOOFing. « Certains WWOOFeurs viennent pour une reconversion professionnelle (environ 10%) et cette diversité leur permet d’avoir une bonne vision globale de la vie agricole », précise le David.

Aujourd’hui, le réseau WWOOF France s’agrandit. Avec 13 000 WWOOFeurs et 1400 hôtes en 2016, l’association a mis en place un règlement intérieur ainsi qu’un système de commentaires permettant aux WWOOFeurs de donner leurs avis sur les hôtes, et à ces derniers de répondre. « On a plus de monde qui s’intéresse et donc nous sommes obligés d’être plus strictes et de mettre des règles pour permettre de réguler le réseau. »
Aussi, de nouveaux projets et objectifs à WWOOF France voient le jour. Comme la demande d’obtention de l’agrément de l’éducation populaire, la valorisation des expériences acquises (VAE) lors du WWOOFing, ou encore la création d’une petite ferme WWOOF France pour avoir un lieu de formation avec entre autre des conférences des hôtes. WWOOF France veille aussi à tisser des liens sur le terrain entre les différents hôtes afin de partager leurs expériences de WWOOFing et leurs pratiques.

Et au niveau international ?
« Il existe deux grandes institutions : FoWO (The Federation of WWOOF Organisations) et WWOOF International dont fait partie WWOOF France. Il y a deux plateformes internationales simplement pour des principes de connivence entre les groupes WWOOF. »
« Chaque pays est indépendant. Toutefois, une ligne directive du wwoofing est établie par l’institution (valeurs, tâches, vision globale, communication).» nous explique le président WWOOF France.
Ainsi, pour faire du WWOOFing à l’étranger il faut se référer à l’association du pays en question, qui fonctionnera sensiblement de la même manière que WWOOF France.
Le mouvement international du WWOOFing est en pleine évolution, car il répond au besoin de certaines personnes, de plus en plus nombreuses, désireuses de sortir du cadre. « Le WWOOFing est réellement une ouverture sur le monde. Il permet de faire évoluer les mentalités, car il favorise la rencontre et l’échange entre des personnes d’horizons complètement différents et permet d’élargir ainsi la vision du monde de chacun.»

Rendez-vous sur le site de WWOOF France pour en savoir plus et pourquoi ne pas prévoir vos prochaines vacances responsables !

Vous êtes déjà parti avec WWOOF France ? N’hésitez pas à laisser vos commentaires pour un témoignage d’expérience !

** WWOOFeur : personne pratiquant du WWOOFing

Février 2017.

 

Crédit photo : Copyright WWOOF France – site internet WWOOF FRANCE