Nouvelles actualités sur Latitudes Food : focus AGRUMES

La vitamine C, apports nutritifs, présence et conservation dans les agrumes

Mais d’abord, qu’est-ce qu’une vitamine ? Il s’agit d’une substance active, d’origine organique, qui est indispensable à la croissance et au développement de l’organisme humain. Parmi les quantités de vitamines qui existent, la C, certainement la plus connue, joue un rôle important dans notre défense immunitaire, mais favorise également la cicatrisation des plaies, contribue à fixer le fer contenu dans les végétaux, etc. Bref, la vitamine C est bonne pour nous.

On l’appelle également acide ascorbique ou vitamine antiscorbutique, car une carence en vitamine C provoque le scorbut (entre autres), une maladie mortelle qui touchait particulièrement les marins autrefois de par leur alimentation exempte d’aliments frais. Car oui, la vitamine C se trouve surtout dans les fruits et légumes frais, et même si la plupart des animaux sont « autonomes » en vitamine C, c’est à dire qu’ils la produisent, l’homme ne la fabrique pas (tout comme son proche cousin le singe). D’où l’intérêt de savoir où la trouver et comment la consommer.

Contrairement aux idées reçues, les agrumes ne sont pas les aliments qui comportent le plus de vitamine C. Parmi les aliments les plus riches en vitamine C on retrouve le persil frais, le poivron, le kiwi, le fenouil, le choux fleur ou encore les fruits rouges !

Bien sûr on en retrouve aussi des quantités satisfaisantes dans les agrumes, et notamment dans l’orange. Si on essaye de chiffrer ces quantités, d’une manière approximative puisque les différentes sources sur le sujet ne s’accordent pas forcément entre elles, on retrouve des quantités de l’ordre de la dizaine de milligrammes (mg) pour 100 grammes d’un aliment. Par exemple, le persil et le poivron se trouveraient au-delà de 100/150 mg de vitamine C pour 100g, le chou-fleur se situerait lui plutôt autour de 40/50 mg tandis que l’orange se positionne entre les deux, autour de 60 à 80 mg.

Toutefois ces chiffres sont à manier avec précaution, il est plus aisé de consommer 100 grammes de poivrons que 100 grammes de persil ! Raisonner par « portion » est alors plus pertinent.

Le corps humain ne nécessite au minimum que des quantités très faibles de vitamine C pour fonctionner, et si s’en priver peut avoir de graves conséquences, seulement 7 mg de vitamine C suffiraient à prévenir du scorbut. Notre consommation moyenne de vitamine C en Europe se situerait plutôt autour de 70 mg par jour, ce qui n’est pas toujours suffisant au vu de nos besoins « optimaux » variant de 60 à 90 mg par jour. Là encore, cela va dépendre des personnes : sexe, âge, corpulence, hygiène de vie. Un fumeur aura par exemple besoin d’ingurgiter plus que vitamine C qu’un non-fumeur, la cigarette contribuant à épuiser les réserves de vitamine C !

Concernant l’absorption, l’idéal serait de consommer les aliments le plus frais possible, afin de préserver toutes les valeurs nutritives de ceux-ci, et ce n’est d’ailleurs pas valable que pour la vitamine C.

Sans parler de les cuire, le simple fait d’être en contact avec l’air, l’eau ou la lumière réduit déjà la teneur en vitamine C des aliments. Rien de tel donc que de manger une orange ou un kiwi entier tout juste épluchés. Pour être pointilleux, même pressée une orange perdra déjà de sa vitamine C, et je ne parle pas des jus que l’on trouve dans le commerce, même 100% pur jus ou frais ! La congélation (pour le transport) et la pasteurisation qu’ils subissent, ou bien les contenants transparents (la lumière, rappelez-vous) sont autant de facteurs réduisant la quantité de vitamines…

Le frais, le vrai, reste donc la meilleure solution, et de loin.

Par ailleurs, rien de sert d’ingurgiter d’énormes quantités de vitamine C chaque jour en pensant que cela vous empêcherait de tomber malade et prolongerait votre durée de vie ! Cette thèse, défendue par le chimiste et prix Nobel Docteur Linus Pauling dans les années 90 a depuis été contredite, cela permettrait au mieux de réduire les symptômes d’un rhume à un degré assez modeste.

Comme pour toute chose, si le manque n’est pas souhaite, l’excès non plus. Il s’agit de trouver l’équilibre et de consommer intelligent, la bonne (L)ATITUDE quoi !

Pas la peine donc de gober des compléments alimentaires ou autres cachets oranges, les fruits et légumes frais font tout à fait l’affaire, et seront même bénéfiques à de nombreux autres niveaux.

A suivre sur : www.latitudesfood.org

:-)